Nouvelles et communiqués

2018

13/02/2018

Élection d’une nouvelle équipe de direction


Un nouveau départ à l’Alliance autochtone du Québec (Québec, le 23 novembre 2017) – Au terme d’un long et rigoureux processus électoral, l’Alliance autochtone du Québec a procédé à l’élection de sa nouvelle équipe de direction, y compris une nouvelle présidente grand chef, Me Danielle Bédard, élue pour un mandat de quatre ans. L’élection de la nouvelle présidente, un poste très convoité, a nécessité trois tours de scrutin parmi les cinq candidats en lice. Avocate qui s’est éloignée progressivement de la pratique du droit pour s’occuper à temps plein de la cause autochtone, M e Bédard est reconnue, dans Lanaudière et les Basses-Laurentides, pour sa lutte à la corruption et à la collusion. Cofondatrice et ex-vice-présidente de la Ligue d’action civique, elle a notamment collaboré avec plusieurs organismes voués à combattre ou à dénoncer les fraudes et les malversations, de l’escouade Marteau au Directeur général des élections, en passant par la commission Charbonneau. « Je suis prête à travailler dès demain matin », a lancé avec détermination la nouvelle élue, affichant un enthousiasme contagieux. Parmi ses priorités, elle compte rencontrer les fonctionnaires responsables des Autochtones qui vivent à l’extérieur des réserves, afin d’obtenir un soutien accru pour assurer la croissance et l’épanouissement du peuple autochtone. Elle prévoit également aller à la rencontre des diverses communautés de l’Alliance, réparties sur tout le territoire du Québec. « Mon rôle, c’est de défendre les droits et les intérêts de l’ensemble des Autochtones, qu’ils vivent dans les réserves ou à l’extérieur. Mais les besoins et les priorités varient en fonction des régions et des réalités locales. Il m’apparaît donc essentiel de commencer par visiter chaque communauté, pour les écouter, les entendre, les connaître. Nous déploierons ensuite tous les moyens nécessaires pour veiller au mieux-être des Autochtones, de même qu’au rayonnement de nos valeurs et de notre culture », promet Me Bédard. Une nouvelle équipe de direction Le processus électoral concernait aussi l’ensemble des postes d’administrateur des différentes régions de l’Alliance. Le nouveau conseil d’administration comporte plusieurs des anciens administrateurs et quelques nouveaux venus :

Région 1 : Pierre Patry, Rita Cayer (réélus)

Région 2 : Gérard Coulombe, Lucie Veilleux

Région 3 : Lyne Clément, Denis Boulianne (réélus)

Région 4 : Roger Castonguay, Normand Asselin (réélus)

Région 5 : Maurice Girard, Sylvain Gravel (réélus)

Région 6 : Guy Roy, Julien Cloutier (nouvelle région)

 

 

Press Statement


Congress of Aboriginal Peoples’ thoughts with the family of Colten Boushie following Stanley verdict
February 12th, 2018 (Ottawa, ON) – On behalf of the Congress of Aboriginal Peoples (CAP), National Chief Robert Bertrand joins the thousands of people across Canada offering their support for the family of Colten Boushie, a 22-year-old Indigenous man who was killed in Saskatchewan in August 2016. A jury deliberated for 13 hours before finding Gerald Stanley not guilty of second-degree murder.
“In the wake of both shock and sadness after the rendering of the jury’s verdict, our thoughts turn to Colten’s family and friends and the pain they have had to go through. They lost their son during that terrible summer and now they are losing him once more,” says National Chief Bertrand.
“Boushie’s tragic death and the flawed approach towards Indigenous Peoples in Canada’s justice system must be recognized and addressed by the federal government and by all Canadians. The government must review this broken system. We all come from families. We are all a part of families. Together we must ensure that the justice system works for everyone in this country. It cannot be allowed to fail like this again.” concludes Chief Bertrand.



For media interviews please contact:
Brad Darch Executive Assistant
613-747-6022, ext. 231
b.darch@abo-peoples.org
The Congress of Aboriginal Peoples is the national voice representing the interests of Métis, status and non-status Indians, and Southern Inuit Indigenous People living off-reserve. Today, over 70% of Indigenous people live off-reserve.



 

Toutes les nouvelles